Isadora

Colloque 2024 - De représentation en représentations

Clinique Saint-Martin de Vignogoul Saint-Martin de Vignogoul, 34570 Pignan, France

Vendredi 31 mai et
Samedi 1 Juin 2024

Iconiques, hypnotiques, despotiques, les images nous entourent, nous traversent, pourrait-on dire nous représentent. Tandis que leur omniprésence via les médias, les réseaux sociaux ou la publicité nous sollicite jusqu’à nous saturer, nous rencontrons dans nos pratiques professionnelles une clinique de mise à défaut des pare-excitations et des capacités représentatives. Troubles de l’attention, de la régulation des émotions, du comportement… les carences des processus de symbolisation et des interfaces exposent-elles un « inconscient à ciel ouvert » ? Travailler à permettre à nos patients de mieux tolérer la douleur liée à l’activité de pensée fait-il acte de résistance ?

Quand Freud distingue les représentations de choses et de mots et les processus primaires et secondaires qui les sous-tendent, il établit un hiatus topique entre l’inconscient et le système préconscient-conscient, organisé par le refoulement.

Lors de nos précédentes journées, nous avons abordé la question du corps sous l’angle de l’acte, dans une dialectique entre rupture et tentative de symbolisation. C’est ainsi que nous avons souhaité poursuivre cette année avec la question de la représentation, à laquelle Lacan apporte une contenance par l’articulation entre les trois registres.

Du corps symbole d’une représentation traumatique refoulée de l’hystérique, au corps scarifié, traumatisé, addict, surface d’un impossible à inscrire, les présentations cliniques évoluent de pathologies de la représentation à des pathologies de la représentativité, tout comme notre façon de les aborder et de les considérer en termes de différents niveaux de fonctionnement pouvant co-exister.

En effet, des origines de la psychanalyse à une psychanalyse des origines, corps et représentations s’associent dans un jeu de clair-obscur avec la question du traumatique. Depuis la pulsion freudienne, la recherche en psychanalyse fait des toutes premières expériences de mentalisation un objet psychosomatique. Protomental bionien, pictogrammes de Piera Aulagnier, Antoedipe de Racamier, et bien d’autres, ce matriciel traité « en deça » des processus primaires, par ce que Roussillon regroupe sous le terme de symbolisation primaire, questionne les origines de la pensée.

Qu’en est-il de ce fondement topique et processuel à l’activité de représentation, de ce qui lui préexiste, lui survit, lui échappe ?
Comment les techniques de soins aux fondements de Saint-Martin de Vignogoul que sont le groupe et le psychodrame s’en saisissent-elles ?
Que nous enseignent les activités artistiques sous leurs différentes formes de représentations ?
Comment pouvons nous encore nous représenter et conduire des soins psychiques tandis qu’une machine bureaucratique les déshumanise ?

Ce sont ces questions que nous vous proposons de discuter avec vous, tout comme celles que ignorons encore.

Réservation / Achat (Bienôt disponible)